Dimanche 3 février 2019 ; 4° ordinaire C : Luc 4,21-30.

                                   Première homélie officielle de Jésus à la synagogue ! Il y était attendu. Tout avait eu vent de ses actions chez les autres et se demandaient : Quand donc va-t-il revenir chez nous, pour y faire ses œuvres extraordinaires ?

            Mais après son homélie, on veut le tuer ! Ses auditeurs sont passés de l’enthousiasme, à l’étonnement et enfin au rejet. Saint-Jean, au début de son Évangile, écrit : « Il est venu chez les siens, et les siens ne l’ont pas reçue » …

            Vous voyez, on peut faire ses classes chez les francs-maçons, en espérant bénéficier d’un carnet d’adresses, qui bouterait notre carrière ! On peut très bien arborer un « gilet jaune » sur son tableau de bord, dans l’espoir de ne pas être arrêté au carrefour ! On peut très bien être religieux, avec l’espoir que Dieu accomplisse notre volonté ! Ça s’appelle l’opportunisme. Heureusement, tous les francs-maçons, tous les gilets jaunes, et tous les pratiquants ne sont pas opportunistes… La très grosse majorité sont mus par des convictions sincères. Mais l’opportunisme est un risque, qui reste à portée de main…

            Alors, qu’est-ce qui dérange à ce point les auditeurs de Jésus à la synagogue de Nazareth ? Après avoir lu le prophète Isaïe, que nous entendions dimanche dernier : « l’esprit du seigneur est sur moi… il m’envoyait porter la bonne nouvelle aux pauvres, annoncé aux prisonniers qu’ils sont libres, aux aveugles qu’ils verront la lumière, apporter aux opprimés la libération… » Jésus ajoute aujourd’hui : « cette parole que vous venez d’entendre, c’est aujourd’hui qu’elle s’accomplit ». Saint-Jean écrira : le verbe s’est fait chair ! L’amour infini de du cœur de Dieu nous envoie Jésus pour apporter à chacun la libération.

            C’est une opération qui se fera sans anesthésie, les prophètes l’avaient annoncé : « Restez éveillés » ! Pour qui se prend-t-il ? « N’est-il pas le fils de Joseph le charpentier » ? S’exclame les pratiquants de Nazareth ! D’autre part, une opération de libération, d’accord si c’est un passage obligé, mais pas avant le dernier jour… Et oui, on est tous, plus ou moins, atteints du syndrome de Stockholm ! Ne dit-on pas : Ca c’est mon péché mignon ! Il y a tant d’années que je vis avec lui, ça ne fait de mal à personne…

            Jésus est un dérangeur. Mais c’est parce qu’il nous aime, qu’il se permet de déranger. Il nous veut saints !

            Nous croyons en la résurrection de Jésus et dans son activité actuelle dans nos vies. Mais elle inclut toujours un passage par la croix. C’est dans la mesure où nous serons libérés, que nous pourrons véritablement accompagner nos frères, dans leur propre libération.

Seigneur, achèves-en chacun de nous ce que tu as commencé…