Dimanche 2 décembre 2018 ;1° de l’Avent C : Luc 21,25…36 ; Jérémie 33,14-16.

                                          Bonne année ! Bonne année à chacun ! Non, je ne « déraille » pas ! 

Aujourd’hui commence notre nouvelle année liturgique. Mais, c’est comme pour nos anniversaires de naissance : on ne remet pas les compteurs à zéro ! On continue, avec l’âge de nos artères, et ce temps qui ouvre notre nouvelle année liturgique nous invite à creuser notre désir de Dieu.

 C’est un nouveau départ ! On part pour quatre dimanches, courir vers Dieu et avec Dieu.

 Deux attitudes nous sont proposées pour ce temps :

 1) Debout ! Nous nous mettons en marche, avec tous les croyants des siècles passés.

 2) Assis ! Nous accueillons paisiblement Dieu, sa promesse et ses dons… Ça se passe, comme quand tu vas au cinéma le samedi soir ! Tu es bien parti à temps pour avoir une bonne place et tu te retrouves debout dans la queue, sur le trottoir ! Mais c’est la joie… Dans quelques instants, tu seras assis confortablement prêt à l’écoute… Oui, ce temps de l’Avent, n’est pas un carême ! C’est un temps de joie, où nous désirons Noël, c’est-à-dire Dieu avec nous…

                                          Sur quoi va porter notre désir ? La naissance de Jésus à Noël ? Non, les textes bibliques nous invitent à regarder plus loin. Jésus dont nous fêterons la naissance il y a plus de 2000 ans, doit revenir en gloire. 

« Nous attendons ta venue dans la gloire », disons-nous, à l’anamnèse de chacune de nos messes. C’est à cette grande rencontre, que nous nous préparons tout au long de notre vie. Ce sera un événement heureux. C’est ce qu’annonçait le prophète Jérémie : « Voici venir des jours où j’accomplirai la promesse de bonheur… » Dieu n’abandonne pas son peuple blessé, dit le prophète. L’ancien monde disparaîtra et un Nouveau Monde surgira… Alors, « redressez la tête », dit Jésus.

              L’eucharistie, que nous vivons à cette heure, c’est déjà le Seigneur qui vient à nous. C’est une présence voilée, mais bien réelle. Il est là, indépendamment de notre foi. À chacun de nous, qui entrevoyons Dieu, grâce à la foi, la prière, les sacrements et la relation fraternelle avec le prochain, particulièrement celui qui est dans le besoin… oui, à chacun de nous Jésus dit : « redressez-vous et relevez la tête ». 

Le temps de l’Avent nous est donné pour que nous fassions disparaître de notre vie tout ce qui nous éloigne de Dieu : le refus d’aimer, de pardonner, la colère, la rancune, la duplicité, etc.…

                                          Vivons en ce temps de l’Avent, comme une croisière spirituelle, l’église sera notre guide. Parce que nous ne sommes plus tout à fait celui que nous étions l’an dernier, d’autres aspects du mystère de Dieu nous seront dévoilés. Dieu seul sait comment il va s’y prendre pour nous faire grandir. Alors, restons éveiller, comme nous le demande le Seigneur et continuons à prendre en charge les espoirs et les difficultés de nos frères…

Seigneur, rends-nous présent, à ce jour qui vient.