Dimanche 16  décembre 2018

3e dimanche de l'Avent : Année C 

Luc 3, 10-18

Homélie du Père Ph. Parent

 

                                        Savez-vous comment des hommes et des femmes sont devenus guides de haute montagne, reconnus ? Tout d’abord, ils ont contemplé la montagne, à partir de la plaine et parfois pendant de nombreuses années. C’est une expérience humble… Puis un jour, l’appel de la montagne a été plus pressant. Ils vont se risquer à aborder la montagne, au début, encordés à d’autres, puis souvent seul… Ils font l’expérience que la montagne est là, même si la majorité des habitants de la plaine, vivent leur vie, sans la voir. Peu à peu, sans le vouloir, pour les gens de la plaine ils vont devenir des témoins de la montagne…

              Petit à petit d’autres personnes sont venues à eux. Il leur a fallu alors beaucoup d’abnégation pour ne pas se glorifier de ce que l’on vienne à eux ; mais d’y reconnaître l’appel de la montagne elle-même… Ils découvrent qu’ils ne sont que des poteaux indicateurs, qui indique la direction à prendre…

              Enfin, ils se retirent, sans s’offusquer qu’on ne fasse plus appel à leurs services. « Il faut qu’ils croissent et que je diminue ! » Chacun à faire sa propre expérience de la montagne… et pour le guide de hier, c’est une grande joie, de voir que d’autre fassent par eux-mêmes, l’expérience qui avait orienté toute sa vie à lui…

                                          L’église, en ce troisième dimanche de l’Avent, comme elle le fera pendant le carême, nous donne un guide : Jean le Baptiste.




Dimanche 2  décembre 2018

1e dimanche de l'Avent : Année C 

Luc 21, 25...36 ; Jérémie 33,14-16

Homélie du Père Ph. Parent


Bonne année ! Bonne année à chacun ! Non, je ne « déraille » pas ! 

Aujourd’hui commence notre nouvelle année liturgique.
Mais, c’est comme pour nos anniversaires de naissance : on ne remet pas les compteurs à zéro ! On continue, avec l’âge de nos artères, et ce temps qui ouvre notre nouvelle année liturgique nous invite à creuser notre désir de Dieu. C’est un nouveau départ !

 On part pour quatre dimanches, courir vers Dieu et avec Dieu. Deux attitudes nous sont proposées pour ce temps :

1) Debout ! Nous nous mettons en marche, avec tous les croyants des siècles passés.


 2) Assis ! Nous accueillons paisiblement Dieu, sa promesse et ses dons…



 Ça se passe, comme quand tu vas au cinéma le samedi soir ! Tu es bien parti à temps pour avoir une bonne place et tu te retrouves debout dans la queue, sur le trottoir ! Mais c’est la joie… Dans quelques instants, tu seras assis confortablement prêt à l’écoute…


 Oui, ce temps de l’Avent, n’est pas un carême ! C’est un temps de joie, où nous désirons Noël, c’est-à-dire Dieu avec nous…

                                          Sur quoi va porter notre désir ? 

voir l'intégralité

Dimanche 25 novembre  2018

Fête du Christ Roi 

Jean 18,33-37 

Homélie du Père Ph. Parent




Jésus est arrêté et présenté devant l’autorité civile, comme un terroriste ! Avec les attentats perpétués en de nombreuses parties du monde, on sait malheureusement tous et chacun ce qu’est un terroriste ! Le projet terroriste est de semer la souffrance, la mort, le deuil, les larmes et par conséquence pour le plus grand nombre. Or tel n’est pas le projet de Jésus. Il est venu apporter la vie et la vie en plénitude.

              Cette fête du Christ le roi a été institué en 1925, par le pape Pie XI. Pourquoi ? Parce que, comme aujourd’hui, les chrétiens étaient impressionnés par la puissance destructrice de certaines idéologies et pouvoirs politiques… L’église voulait donc ainsi raviver l’espérance des croyants, en leur proposant de ne pas limiter leur regard à l’horizon terrestre, mais de l’ouvrir à l’éternité.

                                          « Je suis venu dans le monde, pour rendre témoignage à la vérité », dit Jésus. Aucun terroriste ne s’est relevé, après s’être fait exploser avec sa ceinture dans un lieu public ! Mais Jésus est ressuscité le jour de Pâques, nous démontrant ainsi que le chemin de vie, qu’il propose, est non seulement beau, mais qu’il est vrai… Les apôtres vont en être bouleversés. La résurrection du Christ est pour eux un bond en avant !

              Tout à l’heure, en venant communier, vous allez plier les genoux

Dimanche 11 novembre  2018

32° ord. b 

 Marc 12,38-44 ; Rois 17,10-16

Homélie du Père Ph. Parent


La première question qui me vient, à l’écoute de la première lecture et de ce passage d’évangile, c’est : qu’est-ce qui guide nos choix, dans la vie ? Suis-je un homme ou une femme de cœur ? Ou bien, suis-je raisonnable ? Les coups de cœur sont rarement raisonnables !

              Il n’était pas raisonnable, ce migrant sans-papiers, qui a escaladé la façade d’un immeuble, pour sauver un enfant ! Et son coup de cœur a touché la république, qui a décidé de le régulariser…

              Il n’était pas raisonnable, ce jeune qui a donné cinq pains et deux poissons, le casse-croûte qu’il avait reçu pour la journée ; mais cela a permis d’apaiser la faim de plus de 3000 hommes…

              Elle n’est pas raisonnable la veuve de Sarepta là, qui donne au prophète Elie le petit pain qu’elle a confectionné avec la dernière poignée de farine et le peu d’huile, qui lui restait…

    voir l'intégralité

             

Dimanche 4 novembre  2018

31° ord. b 

 Matthieu 12,28-34.

Homélie du Père Ph. Parent


L’Amour : un commandement ! Voilà qui peut surprendre. Peut-on commander d’aimer ? Oui, car l’amour n’est pas naturel. On peut aimer naturellement ce qui nous ressemble et ce qui nous flatte ! Mais aimer un immigré qui fuit la guerre de son pays, aimer un électro sensible, dont on ne comprend pas la maladie et que naturellement on taxerait de malade psychique


              Une autre chose peut nous surprendre aujourd’hui : de deux commandements, Jésus n’en fait qu’un seul, en proposant que Dieu passe en premier ! Saint-Jean écrit (1 Jn 4,20-21) : « Si quelqu’un dit j’aime Dieu, et qu’il déteste son frère, c’est un menteur.