Dimanche 25 février 2018
Homélie du Père PH Parent
2e dimanche de Carême

                                   Le mercredi des Cendres, en ouvrant le Carême, nous donnait la clef pour ouvrir la porte de chacun de ces quarante jours : 

« Revenez à Moi de tout votre cœur »… C’est ce que nous avons commencé à vivre depuis dix jours. Nous venons au Seigneur avec nos blessures, notre péché. Les Sacrements du Pardon et de l’Eucharistie nous accueillent et nous nourrissent.

                                   Les lectures bibliques de ce jour nous présentent le Carême comme une ascension, une marche vers le Sommet. Depuis mon ordination ma devise est (Exode 34,2) où Dieu dit à Moïse : « Monte vers Moi sur la montagne… Sois prêt au matin, monte dès le matin… et attends-Moi, là au sommet de la Montagne »… Dans la symbolique biblique, la montagne est le lieu par excellence de la rencontre avec Dieu. Ce dimanche, les trois textes bibliques de la liturgie nous parlent de la Montagne. (Genèse 22,1…18)= Il s’agit de la montagne de Moriah, lieu du sacrifice d’Abraham. Avec l’Evangile, c’est le mont Tabor, où Jésus est transfiguré. (Romains 8,31-34)= Saint Paul nous renvoie à la montagne du Calvaire…

Voir l'intégralité de l'homélie

Dimanche 28 Janvier 2018

Homélie du Père PH. Parent

3e Dimanche du Temps ordinaire
                                   Jésus embauche avant de commencer  son ministère. Le livre des Actes des Apôtres nous le dit aussi : Ils ont tout vu et tout entendu « depuis les débuts en Galilée après le baptême proclamé par Jean »… Jésus embauche, mais pas par une annonce publique à la Synagogue. Jésus interpelle personnellement ceux qu’il désire à sa suite.

            Le profil du poste ! Jésus leur demande d’être « pêcheurs d’hommes ». C’est-à-dire de se faire proches les uns des autres, de visiter les malades et les personnes seules, d’accueillir l’étranger et ne pas hésiter à quitter la sphère du religieux, pour se mouiller dans les Capharnaüms de la vie… et là de proclamer que nous ne sommes pas seuls et que Jésus est vivant, présent à chacun, car il aime tous les hommes et ne les rétrécit pas à l’image que la société se fait d’eux…



Dimanche 7  Janvier 18 

 Homélie du Père Ph. Parent

                                                                    Épiphanie du Seigneur : Mathieu 2, 1-12


https://sites.google.com/a/paroisseromans.net/steclaire/home/homelie/images.jpg
Le peuple français est en marche ! Les Médias nous parlent des manifestants en marche pour que soient reconnus les droits des réfugiés. Mais il y a aussi la marche des Insoumis contre la Loi Travail ; les marches pour la Paix ; les marches silencieuses pour Maëlis et d’autres, sans oublier la République en Marche et j’en passe ! Marche des ouvriers, marche des retraités, marche des étudiants… Le Français, de tous les Européens, est un des plus grands marcheurs ! Nous sommes certainement influencés par deux mille ans de christianisme, où Jésus nous redit sans cesse : « Lève-toi et marche ! »

            Eh bien, en ce jour de l’Epiphanie, l’Evangile nous présente trois hommes en marche, comme notre ancêtre Abraham à qui Dieu dit : « Va vers le pays que je te donnerai », ou comme Gédéon,  à qui Dieu dit : « Va avec la force qui est en toi »…

            Melchior, Gaspard et Balthazar se mettent en route, les yeux levés vers la Lumière, non seulement celle d’une étoile ; mais celle éclairant le visage d’un nouveau-né : Lumière de Dieu.



Dimanche 31  décembre 17 

 Homélie du Père Ph. Parent

Sainte Famille : année B -Luc. 2, 22-40



C’est seulement en 1921 que la fête de la Sainte Famille est intégrée à notre calendrier liturgique. Et ce ne sera qu’en 1969 que cette fête sera fixée définitivement au lendemain de Noël…

            Nous fêtons donc aussi aujourd’hui toutes les familles du monde. Entre Noël et jour de l’an ; c’est pour beaucoup l’occasion de retrouvailles familiales. On se rencontre toutes générations confondues et on se remémore les « histoires » des années passées, parfois sous les yeux ébahis des jeunes générations, qui n’imaginaient pas qu’on ait été jeunes, nous aussi !

            Et Dieu s’incarna dans une famille…Mis à part l’Evangile de Luc, nous ne savons pas grand-chose des trente premières années  de la vie de Jésus en famille… Et dans la litanie des Saints, nous ne nommons pas la sainte Famille ; mais les femmes et les hommes qui la composent ou qui la croisent, par exemple : Sainte Marie, Saint Joseph, Saint Syméon, Sainte Anne… et bien sûr Jésus, qui dans le petit enfant de Noël est Présence de Dieu en notre humanité.

                                   Sainte Marie ! Elle croit au Dieu de l’impossible. Comme Abraham, elle connait des temps d’hésitation : « Comment cela peut-il se faire ? »


Dimanche24 décembre 17 

 Homélie du Père Ph. Parent

4e dimanche de l'Avent : Luc. 1, 26-38




A la veille de Noël, nous découvrons un Dieu qui rejoint notre humanité. Nous découvrons surtout que Dieu ne dirige pas les choses selon nos prévisions et qu’Il nous appelle à le suivre, même quand Il nous conduit sur un chemin, que nous n’aurions pas imaginé. Regardez de près l’Evangile que nous venons d’entendre : L’Ange Gabriel ne propose pas un choix à Marie. Son message est au futur. Il lui annonce ce qui va advenir. Dieu agit toujours ainsi ! Il disait à Jérémie ( 1,5 et 8) : « Je te connaissais avant même de t’avoir formé dans le ventre de ta mère. Je t’avais mis à part pour me servir, avant même que tu sois né (ce sera pour Marie l’Immaculée Conception)… N’aie pas peur… » Et Marie, parce qu’elle est nourrie de la Foi de son peuple Juif, ne va pas dire OUI, mais : « Je suis la servante du Seigneur… » C’est ce que la Tradition appelle : « l’Obéissance de la Foi… » Alors, ce soir et demain, Noël ne sera pas seulement un réveillon ; mais le Seigneur, qui frappe discrètement à notre porte et qui attend notre acte de Foi.