La première parole forte qui m’a touché est dans la deuxième lecture : « Frères, prenez garde à votre conduite : ne vivez pas comme des fous… » Il est vrai, que depuis quelques années, le temps s’accélère. Même le temps de recueillement à l’église est écourté par les appels téléphoniques. Même lors d’une rencontre entre amis l’appel du téléphone portable fait loi ! « Excusez-moi, je sors quelques instants, on m’appelle ! ... » Quand on revient, on demande à son voisin : « Raconte-moi ce que j’ai loupé pendant mes quatre minutes d’absence ! » « Frères, ne vivez pas comme des fous ; mais comme des sages… » A vouloir être partout, on est nulle part ! Ce n’est pas nouveau, déjà saint Paul mettait en garde les chrétiens de son époque.

            On se plaint que nos petits enfants ne nous suivent pas dans notre Foi. Il n’y a rien d’étonnant, puisque nous leur donnons à voir que l’appel immédiat prime sur l’appel de l’Esprit, qui nous a fait venir à l’église. Je fais le rêve que nos petits-enfants, s’amusant avec papy ou mamy, soient étonnés qu’il ne réponde pas à la sonnerie du téléphone et continue à jouer avec eux… -Mais papy, on t’appelle ! –Ça ne fait rien. Pour le moment c’est toi qui compte pour moi. Tout à l’heure, je répondrai à cet appel… Si l’on vivait l’instant présent avec intensité notre petit fils dirait : -Quand je suis avec papy, je suis le roi du monde… N’est-ce pas là le plus beau témoignage de Foi que nous puissions donner ? Et là, soyez sûrs : quand ils verront qu’à certains moments vous avez rendez-vous avec Jésus, ils vous respecteront, car ils savent que leur tour viendra…

                                   Mais quel est le lien avec le passage d’Evangile que nous venons d’entendre ? Tout est une question de nourriture ! Qu’est-ce qui me nourrit ? La télé, internet, les appels téléphoniques ? Tant de personnes, autour de nous, dépriment en arrivant à la retraite, car ce qui les nourrissait se raréfie…

            « Amen, je vous le dis : si vous ne mangez pas la chair du Fils de l’Homme… vous n’aurez pas la Vie en vous », dit Jésus. Jésus est la Parole faite chair, le Pain Vivant, qui rassasie notre cœur. C’est déjà ce qu’avait dit Jésus sur le mont de la Tentation : « L’homme ne vit pas de pain seulement ; mais de toute Parole sortie de la bouche de Dieu… » Et c’est encore ce qu’il redira à ses disciples : « Ma nourriture c’est faire la Volonté de Celui qui m’a envoyé… »

            Pour nous, le temps de l’Eucharistie n’est pas un temps volé à ceux qui nous entourent. Lorsque nous approchons de la table de la Parole et de la table eucharistique, nous n’accomplissons pas un acte isolé, indépendamment de la vie du monde. L’Eucharistie ouvre nos cœurs à un espace de vie toujours plus large… Notre ordinaire devient l’extraordinaire de la Vie en Dieu…

Retour à Homélie