On parle du baptême du feu pour les nouveaux pompiers et on parle de baptême de l’air ! Pour le candidat cela implique deux choses :

            1) L’entrée dans une nouvelle solidarité : désormais tu fais partie du corps des sapeurs-pompiers ou de celles et ceux qui se sont risqués à s’élever au-dessus du plancher des vaches ! Tu rentres dans une nouvelle solidarité !

            2) D’autre part, cela manifeste une nouvelle orientation de vie, une mission possible…

                        Aujourd’hui, nous commémorons le baptême du seigneur.

1) Officiellement, Jésus entre dans une nouvelle solidarité. Il prend place dans la longue lignée des femmes et des hommes, qui attendaient leur tour, pour être plongés dans les eaux du Jourdain. Anonyme, il rejoint le peuple des pêcheurs. Et là, pendant que Jésus prie, le Ciel s’ouvre !.......C’est avec sa première solidarité avec le père éternel, que Jésus entre officiellement en solidarité avec les pécheurs que nous sommes…

2) Par sa première solidarité avec Dieu son père, sa place était dans le Ciel, qui depuis Adam était fermé et dans le temple de Jérusalem. En plongeant dans cette deuxième solidarité, Jésus s’est dessaisi de sa différence pour devenir notre prochain… Alors le ciel s’ouvre dit l’Évangile. Le monde de Dieu devient accessible aux hommes que nous sommes. En Jésus, Dieu se fait proche des hommes, qui marchent humblement avec leurs frères. Il porte leur espérance et leurs misères au Père. Il manifeste l’amour du Père pour tous les désespérés qu’il est venu rejoindre. Désormais, ce sera sa mission tout au long des pages de l’Évangile…

                                   Le jeudi saint, dans son testament spirituel, Jésus nous dira à tous : « faites ceci en mémoire de moi. » Par nature nous sommes solidaires des hommes, de leur grandeur et de leur petitesse… Par le baptême, nous entrons dans une deuxième solidarité, qui n’annule pas la première : nous devenons frères de Jésus. « Qui sont mes frères et mes sœurs ? Celles et ceux qui écoutent le père et agissent en conséquence », disait Jésus…

            « Alors, que devons-nous faire ? » Demandaient les pèlerins venus à Jean le Baptiste.

Comme et avec Jésus marche humblement avec tes frères. Dans la prière porte la misère des hommes.

            En relisant sa vie, Saint-Paul résume tout cela en disant : « Ce n’est plus moi qui vis, c’est le Christ qui vit en moi » … Rappelons-nous, Dieu se donne à rencontrer dans la pauvreté, la fraternité, la compassion. Alors, comme pour Jésus, le ciel s’ouvrira sur chacun de nous et nous pourrons entendre la voix du père : « Tu es mon fils, ma fille bien-aimée. Tu fais ma joie… »